Matt en Australie

Carnet de voyage en Australie. Départ en janvier 2008 pour un an de WHV.

11.01.09

Rideau

"Et voila. C est ce soir que tout s arrete" pensa t il.
Le voyage. Les rencontres. L anglais meme. Des demain, il n aura plus a parler aucune autre langue que la sienne, le francais.
Il arrivera a l aeroport de Paris a 6h55, balancera son enorme sac sur les epaules pour la derniere fois puis franchira les portes de la douane. Dans le hall d accueil, il retrouvera les sourires attendris de ses parents puis ne pourra s empecher de verser une larme en voyant leurs yeux rougis par l emotion. Il pleurera, surement, sur leurs epaules pendant un long moment avant de sortir de l aeroport et de retrouver ce pays qu il aura appris a aimer aussi fort qu il le detestait.
Oui. Demain matin, il regardera son voyage comme un merveilleux passe et non plus comme un magnifique present.
"J avais beau m y etre prepare, avoir attendu ce jour avec impatience, maintenant, j ai peur. Peur de demain" se mit il a penser.
Pour autant, malgre l apprehension qu il eprouvait, il ne pouvait nier le fait qu il lui tardait egalement de revoir sa famille et ses amis. Il etait envahi par cette etrange sensation de vouloir sans vouloir. D attendre impatiemment un moment tout en esperant que celui ci n arrive jamais.
C etait idiot, et il le reconnaissait.

L annee 2008 avait ete riche en emotions.
Tout ce qu on pouvait attendre d un long voyage loin des siens, il l avait vecu. Et il avait meme vecu bien plus que ce qu on pouvait esperer. Bien plus que ce qu il avait espere.
Il avait parcouru l Australie, fait un tour au Japon, parcouru la Malaisie et visite le sud de la Thailande. A chaque etape, il avait decouvert d autres pensees, d autres idees. Et au milieu de tout cela, il avait ainsi decouvert sa propre personne. Il avait compris pourquoi depuis tant d annees il se sentait different. Pourquoi il n arrivait pas a se definir comme appartenant a telle categorie de personnes ou a telle autre. Cette diversite d opitions, ce cote cameleon qu on lui attachait parfois, cette facon d intervertir entre deux caracteres en fonction de son interlocuteur, ce n etait pas un defaut comme on lui avait affirme. Ce n etait pas une faiblesse et il n etait pas transparent. C etait tout simplement sa personne. C etait lui.
Et s il n y avait pas de categorie dans laquelle il pouvait se classer et bien il en inventerait une autre.
"Peu importe si je suis difficile a cerner, je sais ce qui est en moi". C etait cela qu il avait reussi a apprendre au cours de son voyage.

Et puis il y avait eu cet autre voyage. Celui qu il avait fait sans vraiment s y attendre. Celui qui n avait pas uniquement transporte son corps mais avait egalement emporte son coeur et son esprit. Cette contree si paisible dont l exploration du rivage le poussait desormais a vouloir y etablir sa demeure.
C etait peut etre physiquement sa plus petite conquete, mais elle representait aujourd hui a elle seule son plus fier Royaume.

Il revint rapidement de son humeur melancolique en songeant que son depart allait egalement l eloigner un peu plus de celle qu il aimait.
Que me reserve 2009? Est ce qu une annee peut etre bonne lorsqu on en a vecu une extraordinaire juste avant? A t on le droit d etre heureux tous les ans ou faut il des hauts et des bas? Toutes ces questions lui trottaient maintenant dans la tete.

Petit a petit, a force de penser plus a 2009 et moins a 2008, il commenca a dessiner les contours de la nouvelle annee.
Il lui fallait trouver un emploi. C etait la priorite. Pour lui comme pour son porte-monnaie. Ensuite, il devait continuer son apprentissage du japonais. S il voulait pouvoir rapidement pretendre a un emploi la bas, il allait lui falloir maitriser la langue.
Autour de ces deux imperatifs, il coloria son ciel de passe-temps divers auxquels il aimerait s essayer. Un instrument de musique peut etre, un sport par necessite et puis un peu plus de rencontres avec ses amis, assurement.

Sans vraiment s en apercevoir, son humeur changea radicalement.
Desormais sur ses levres, on pouvait meme voir apparaitre un sourire.
Il avait des projets pour 2009. Il avait un futur, certes differents de son passe, mais loin d etre maussade. Et d entrevoir les courbes aguicheuses de cette nouvelle annee lui donnait maintenant envie de se plonger corps et ames dans cette nouvelle bataille.
Non, il ne se resignerait pas a tirer un trait sur ses reves sous pretexte qu il rentrait chez lui. Ce retour, c etait simplement une etape, une zone de transit vers ses nouveaux reves. Et il comptait bien profiter pleinement de cette periode qui lui etait donnee pour continuer de preparer ses reves, pour continuer de preparer sa vie.

Lorsque le metro menant a l aeroport ouvrit ses portes devant lui, il s avanca d un pas decide a l interieur.
La toute premiere phrase qu il avait formulee en arrivant a la gare n etait deja plus du tout d actualite.
"Non, ce n est pas ce soir que tout s arrete.
C est ce soir que tout commence.
"

---

Mon avion arrivera bientot et je serais vite pres de vous.
C etait, je pense, mon dernier message sur ce blog consacre a l Australie.
J espere avoir ete a la hauteur de vos attentes au sujet de mon periple.
Je tiens egalement a vous remercier enormement pour tous vos commentaires. C est grace a eux que je me suis trouve la force de creuser chaque fois un peu plus profondement au sein de mes sentiments. Sans eux, le blog serait loin d etre ce qu il est aujourd hui.
Un tres grand merci a vous donc.

Voila, il est l heure pour moi de rejoindre l aeroport.
J ai ete ravi de faire ce voyage avec vous et j espere que nous en ferons d autres ensemble.
Je vous laisse desormais avec une phrase qui, je crois, apparait a la fin de chacun de mes messages tant elle a est importante de signification a mes yeux.

Prenez soin de vous.

A demain,

Matt

Posté par Matt - Commentaires [0] - Permalien [#]

08.01.09

Retour a la "vraie"?? vie...

Un titre qui ne manquera surement pas de surprendre mon frere et Mathieu, vu que nous avons deja echange nos points de vue a ce sujet.

Au cours de notre periple australien, lors de mon aventure asiatique ainsi que durant ces derniers jours loin de France, il nous est arrive, a Mathieu comme a moi, d entendre une petite phrase, formulee, surement inconsciement, par certains de nos proches:
"Alors? Bientot le retour a la vraie vie?"
Mathieu va sourir, il comprend deja de quoi je veux parler.

Bien entendu, nul reproche dans ce que je m apprete a dire. Je suis entierement conscient que c est une phrase bateau, glissee a la va-vite et sans prendre le temps de dechiffrer ce que l on vient de dire comme il en existe des tonnes dans la langue francaise.
Mais quand meme.

A chaque fois que Mathieu et moi avons entendu cette phrase, nous nous sommes toujours poses la meme question: "Est-ce que cela signifie que pour le moment, nous sommes dans la fausse vie?"
Car si vraie vie il y a, fausse vie il se doit d y avoir. C est logique.

Oui, je vous l accorde, je psychote et cherche la petite bete la ou il n y en a pas.
Mais, au risque de me repeter, je ne remets nullement en cause votre utilisation de la-dite phrase.

Ce que je vois surtout derriere cela, c est une trahison flagrante de la facon de pensee de notre societe.
(houla, ca va vachement loin ce qu il raconte maintenant! Il a fume quoi??) Rien, promis.

Mon frere -aussi attache a la puissance d un mot que je peux l etre- avait trouve une parade.
Jamais il ne m a parle de vraie vie.
Le jour ou il a aborde mon retour, il m a simplement demande comment j envisageai le retour a une autre vie.
Joliement essaye, mais mon doute persiste.

Qu est ce que vous entendez exactement par vraie vie? N avons nous pas, Mathieu et moi, vecu la vraie vie en 2008? Est ce que tous ces moments magiques qui nous ont fait sourire n etaient au final qu un doux reve?
J en doute fortement et je peux meme affirmer que je n ai bel et bien pas passe l annee 2008 a rever tout seul dans mon lit.
Mieux, je peux affirmer que la vie que j ai vecu durant cette annee etait, a mon sens, LA vraie vie.

Ce que je pense dechiffrer a travers ce "retour a la vraie vie", c est un "retour a une vie normale".
Et forcement, ca me plait d autant moins.
Qu est ce que c est qu une vie normale??
Et dans ce cas, qu est ce qui definit ma vie en 2008 comme etant anormale?
Mon chemin? Mon voyage?
Certes, je n ai pas cherche de travail des ma sortie des cours, je n ai pas encore de chez moi et je suis loin d avoir la bague au doigt.
Mais si, pour moi, la vraie vie ne se trouvait pas dans ces horizons la? Si pour moi, le plus important etait de mettre les voiles sur d autres etendues et de partir plein cap en direction de mes reves?
Est ce que cela ferait de ma vie une fausse vie?

Ce que je cherche a expliquer a travers ce petit jeu d idiot (car je comprend tres bien pourquoi vous utilisez cette phrase), c est qu il n y a pas de vraie ou de fausse vie.
Yuri m a decrit l homme comme une puce: cet animal si petit est capable de faire des bonds gigantesques. Mais sitot que vous l enfermez dans une boite, il ne peut des lors plus aller aussi haut.
Cependant, si vous enlevez le couvercle de la boite, la puce sera de nouveau capable de faire des bons surprenants.
Et bien il en est de meme pour nous. Depuis que nous sommes petits, nous sommes confines dans un moule. La societe qui nous entoure, les medias et meme nos proches, nous ont apporte petit a petit de plus en plus de limites. Toutes ces idees et prejuges ont delimite notre enclos. On nous a construit notre petite boite puis on y a appose un couvercle.

Alors bien entendu, je ne tiens nullement a porter quelconque jugement concernant ceux d entre nous ayant choisi de vivre dans cette boite. Il est tout a fait possible d avoir pour reve l amenagement maximum de celle-ci. Et un jour, il me faudra moi aussi penser a y batir quelque chose a l interieur. Mais pour le moment, disons que j ai bondi hors de mon enclos et que la vicinite de ma boite me plait plutot assez bien.

Voila sur quoi je voulais tout simplement attirer votre attention.
Il n y a pas de vraie vie tout comme il n y a pas de fausse vie. Il n y a pas de trajet normal, pas de suite logique tout comme il n y aura pas de recompense a la fin pour ceux ayant bondi le plus loin de la boite ou pour ceux ayant batit le plus luxurieux  des enclos.
Tout ce qu il y a, et ce pour tous autant que nous sommes, c est une Vie. Et une seule.
Ne serait-ce pas dommage d oublier nos reves pour la simple et stupide raison que c est comme ca qu on nous l a defini depuis le depart?
Vous connaissez deja ma reponse a cette question. ;)

Desormais vous etes prevenus! Il n y aura pas de "Tu as de la chance d etre parti en Australie" ou de "et alors ce retour a la vraie vie" qui comptera.
Si je suis chanceux, c est d etre en bonne sante et d etre entoure de la meilleure famille et des meilleurs amis qu il soit. Ca, je vous l accorde.
Mais ce n est pas de la chance d avoir ete en Australie. Je n ai pas gagne mon billet d avion par loterie ni recu un visa par hasard dans mon courrier.
Les reves, ca se prepare puis ca se vit. Ca ne tombe pas du ciel. (meme si je le remercie d avoir veiller sur moi pendant mon periple)

Vous etes maitres de vos destins.
Personne ne viendra vous prendre par la main pour vous mener vers vos reves.
C est a vous et a vous seuls de vous donner tous les moyens pour concretiser vos projets et vivre vos reves.
Voila ce que je voulais vous dire.

Un philosophe disait "Mieux vaut vivre ses reves que rever sa vie"
Un autre (plus connu! NDLR: Nietzshe) disait "Vivre de telle sorte qu'il te faille désirer revivre, c'est là ton devoir."

Maintenant, entre vraie vie et fausse vie, je crois que c est a vous de voir.
Pardon. Que c est a vous de vivre.

Prenez soin de vous et a vite,

Matt

Posté par Matt - Commentaires [2] - Permalien [#]

06.01.09

Demain, Adieu la Thailande

Bonjour vous tous!

Comment vous portez vous en ce debut d annee?? Avez-vous recupere des exces ou pas encore??

Moi, pour etre honnete, je n ai pas encore vraiment recupere du depart du plus exquis des exces. (pas facile a dire)
Pourtant, avec l entrainement que nous avons, on aurait pu croire que nous allions nous habituer a nous dire au revoir.
Mais pas du tout.
Au final, ca me semble meme plus delicat que lorsque j avais quitte le Japon. C est balot.

Enfin bon. Je pense que le fait d etre tout seul pese egalement beaucoup dans la balance.
Mat m avait pas mal aide a oublie ma peine lors des precedents departs de la puce.
Mais la... ba ca le fait moins forcement.

Bref, ce n est pas vraiment pourquoi je voulais ecrire sur le blog.
Ce que je voulais dire est que je pars demain de Bangkok!
A 16h45, je decollerai en direction de Singapore ou je suis sense arriver a 20h45.
La bas, je retrouverai la meme guest house que j avais avant mon periple et, j attendrai bien sagement le 11 janvier pour prendre enfin mon vol retour.
C est long maintenant.
Treeeeeeees long.
Ma famille me manque, mes amis me manquent et Yuri me manque.
Ca fait trop! Je dis stop!!

Malheureusement, ca va rien changer :s

Voili voilo, je vous embrasse bien fort et vous dis a dans plus tres longtemps!
Prenez soin de vous en 2009

Matt


Posté par Matt - Petit tour par l Asie du Sud-Est - Commentaires [3] - Permalien [#]